COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

Dernier ajout : 1er octobre 2002.

Classiques introuvables, traductions originales de textes fondateurs : des références sélectives de nos éditions.

« ...ainsi qu’il en va d’un cahier de brouillon plein de ratures et d’ajouts... »

Louis-René des Forêts

Mardi 1er octobre 2002 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

2841031195 — 113 p. (20x21,5) broché — 22,00 € — Tirage 1500 — Disponible Ceci n’est pas un chant, mais un ouragan qui remue le cœur et l’esprit en un concert de notes discordantes, qu’il faut entendre comme une matière en fermentation à la recherche tumultueuse de sa force dont rien ne dit qu’une fois prise elle aura une vertu apaisante ni qu’elle sera pour autant arrêtée, ainsi qu’il en va d’un cahier de brouillon, plein de ratures et d’ajouts, que le scripteur surpris par la mort eût laissé ouvert sur (...) Lire la suite »

« ...belle Garonne et les jardins... »

Friedrich Hölderlin

Jeudi 1er août 2002 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

2841031187 — 164 p. (24,5x15,7) broché — 18,00 € — Tirage 1500 — Disponible Voici traduit dans vingt et quelques langues de la terre, et s’invitant à toutes les autres, un "poème des poèmes" venu de la proche Allemagne au siècle dernier, une sorte de bateau ivre armé par un adolescent de 33 ans dans le souvenir d’un voyage en France, un poème qui donne à penser et donnant à penser a déjà fait le tour du monde : Andenken de (...) Lire la suite »

Littérature et art

Souvenir de Bordeaux, Un poème suivi de cinq lettres

Friedrich Hölderlin, traduit par Kenneth White

Mardi 1er juin 1999 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

2841030849 — 36p. (28x19,5) broché — 10,40 € — Tirage 1000 — Disponible « Depuis lors, j’ai été en France, et j’ai vu sur la terre triste, abandonnée, les bergers de la France du Sud, et, ici et là, quelques beautés, hommes et femmes, qui ont grandi dans la peur de douter de la patrie et l’angoisse de la faim. La puissance des éléments, le feu du ciel et le silence des hommes, leur vie dans la nature, leur modestie et leur consentement, m’ont constamment saisi et, comme on le dit des héros, je puis sans (...) Lire la suite »

Cinquante et un poèmes, Édition bilingue

William Butler Yeats, traduit par Jean Briat

Dimanche 1er novembre 1998 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

284103075X — 246 p. (15,5x24,5) — 24,40 € — Tirage — 2° édition Disponible « De notre confrontation avec les autres, nous faisons de la rhétorique ; mais de notre confrontation avec nous-même, nous faisons de la poésie. » William Butler Yeats « Qu’on me permette seulement de dire aux lecteurs de ces poèmes que j’invite à pénétrer dans l’intimité de Yeats qu’elle est, de toutes les forces qui animent son œuvre comme la vie anime un être, celle qui m’a paru de façon surprenante, insistante, violente, le mieux (...) Lire la suite »

Carnets, journal, lettres

Gerard Manley Hopkins, traduit par Louis-René des Forêts

Mercredi 1er octobre 1997 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

2911059085 — 260 p. (24,5x15,7) broché — 22,60 € — Tirage 1000 — Disponible « La veille du jour, je crois, où j’avais commencé cette lettre, j’ai fait un rêve à votre sujet qui révèle un détail intéressant. Je rêvais que je me trouvais dans une gare où il y avait des affiches publicitaires de voyages à tarif réduit. Je me rendis au guichet et, sortant ce que j’avais dans mon porte-monnaie, environ 5 shillings et 6 pence, je déclarai : "Peu importe où je vais ; déposez-moi aussi près que possible de la mer." » (...) Lire la suite »

Proverbes de l’Enfer

William Blake, calligraphie de Lalou

Samedi 1er mars 1997 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

2841030601 — 76 p. (31x18) broché — 38,10 € — Tirage 1000 — Épuisé « Toute chose en laquelle il est possible de croire est une image de la vérité. » William Blake Lire la suite »

Correspondance générale

Joseph Joubert

Lundi 1er juillet 1996 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

2841030512 — 384 p. (15,5x24) broché — 137,20 € les 3 tomes — Tirage 500 — Disponible « Qui m’aurait dit que dans cette petite ville demeurerait un homme que j’aimerais tendrement, un homme rare, dont le cœur est de l’or, qui a autant d’esprit que les plus spirituels et qui a, par-ci par-là, du génie ? Mon cher ami, je vous le dis les larmes aux yeux parce que je suis loin de vous. Il n’y a point d’homme d’un commerce plus sûr, plus doux et plus piquant que le vôtre, d’homme avec lequel j’aimasse mieux (...) Lire la suite »

La pharmacie de Platon

Discours de la servitude volontaire

Étienne de La Boétie

Jeudi 1er février 1996 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

2841030415 — 92 p. (12,5x17,5) broché —12,20 € — Tirage 500 — Disponible « Ce sont donc les peuples mesme qui se laissent ou plutost se font gourmander, puis qu’en cessant de servir ils en seroient quittes, c’est le peuple qui s’asservit, qui se coupe la gorge, qui, aiant le chois ou d’estre serf ou d’estre libre, quitte sa franchise et prend le joug ; qui consent à son mal, ou plutost le pourchasse. » Estienne de La Boétie « Ce jeune seigneur a du feu, de l’âme, du style. Je le tiens pour l’un des (...) Lire la suite »

Le corbeau (The Raven)

Edgar Allan Poe

Vendredi 1er décembre 1995 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

2841030385 — 56 p. (18,5 x27,5) broché — 18,30 € — Tirage 1050 — Réimpression envisagée « La poétique est faite, nous disait-on, et modelée d’après les poèmes. Voici un poète qui prétend que son poème a été composé d’après sa poétique. » Charles Baudelaire Lire la suite »

Œuvres complètes, 2 volumes

Étienne de La Boétie

Samedi 1er février 1992 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

2905810602 — 240 p.+264 p. (16,5x24,5) — 65,00 € — Tirage 1500 — Disponible EXTRAICT D’UNE LETTRE Que Monsieur le conseiller de MONTAIGNE esrcit à Monseigneur de MONTAIGNE son père, concernant quelques particularitez qu’il remarqua en la maladie & mort de feu Monsieur de la BOÉTIE « Le vendredy, ie le laissay encores : & le samedy, ie le fus reuoir desià fort abattu. Il me dit lors, que sa maladie estoit vn peu contagieuse, & outre cela, qu’elle estoit mal plaisante, & (...) Lire la suite »

1 | 2