L’invention du lecteur

« Je lis Hölderlin comme on reçoit des coups »

Jean-Paul Michel

Jeudi 3 mars 2011 // COLLECTION
"L’invention du lecteur"

Verlag im Wald / William Blake & Co. Edit., mars 2011
ISBN : 978-2-84103-182-5 – 16p. – agrafé – PTTC : 7 €

« Je lis Hölderlin comme on reçoit des coups.
Ainsi de Pascal, de Mon cœur mis à nu, de Fiodor Dostoïevsky, de quelques autres.
Ces livres sont faits pour battre, en nous, « le cœur », comme pierres.
On revient à leur voix par besoin – de violence, qui lave.
Les a-t-on véritablement connus, soufferts, éprouvés par chacun de ses nerfs, qu’on ne peut plus lire rien d’autre sans connaître ce qu’a de dérisoire, alors, un livre qui ne nous fasse nu davantage.
Ils vont à l’obscène, ces livres.
Il faut les craindre. »