Littérature et art

La vie de Christine de Stommeln, suivi de Lettres de Pierre et de Christine

Pierre de Dacie

Jeudi 1er septembre 2005 // COLLECTION
Histoire des textes / histoire de la pensée

284103139X — 128 p. (15,5x24,5) broché — 20,00 € — Tirage 700 — Disponible

« Quelle providence a mis, un jour de 1267, sur le chemin d’un frère prêcheur suédois, étudiant au Studium Generale de Cologne, intelligence déliée, nature mélancolique, Christine, une jeune paysanne stigmatisée du bourg westphalien de Stommeln ? De cette rencontre, que va suivre une nuit de veille “lumineuse comme le jour”, écrira Pierre citant le psaume 139, va naître une relation fascinée de vingt-deux ans, ponctuée de seize visites et d’une longue correspondance, qui ne s’achèvera qu’à la mort de Pierre en 1289. C’est donc ce que racontent les manuscrits conservés dans une église de Jülich en Westphalie, copiés en 1340, soumis à un toilettage philologique rigoureux en 1894, traduits pour le première fois en suédois en 1952 ; objets de la présente édition.

Telle qu’elle apparaît au fil de la “Légende et passion de la vierge Christine de Stommeln”, récit à caractère hagiographique de Pierre, et de quelques-unes de leurs lettres, cette idylle mystique est d’abord une tension entre le pur face à face de l’amour et la passion médiatisée de la dilection, une ambivalence constitutive donc — encore qu’elle aille parfois jusqu’à la confusion sémantique des deux termes — du lien des deux amants. Au cœur de cette relation, le combat de Christine, souffre-douleur halluciné d’un démon qui s’acharne à la précipiter dans l’abjection. Mais c’est ce combat qui tire le couple vers le rêve de ses noces mystiques, le nourrissant de signes avidement déchiffrés par Pierre, ainsi le visage torturé de Christine “transcendé par le reflet du pur amour” (Marie-François Notz) qu’il entrevoit sous un coin relevé du voile de la jeune femme.
S’étonnera-t-on de l’importance de la langue dans les deux volets de ce recueil, deux écritures en latin du XIIIè distinctes par leurs nuances pour qui y regarde de près ? Pierre joue de sa riche culture scolastique au point de s’être imposé comme le premier authentique écrivain de la littérature suédoise. Christine, contrainte de dicter ses rares lettres dans sa langue maternelle, l’allemand, à ses confesseurs dominicains qui les ont transcrites en latin, Christine donc, a su ne pas s’effacer dans l’exil linguistique qui lui était imposé. Pour qui en écoute la musique intérieure, sa présence pathétique, fragile, sensible et obstinée, transparaît sous la sévère écriture qui l’a traduite une première fois. »

Vincent Fournier