Vérités en quête d’auteurs

Bernard Traimond

Dimanche 1er octobre 2000 // COLLECTION
Anthropologie

2841031004 — 190 p. (24x16) broché — 21,00 € — Tirage 700 — Disponible

... Ce livre peut se lire comme un plaidoyer en faveur de la critique des sources en anthropologie. En effet, pour diverses raisons — parfois contradictoires — cette discipline s’est rarement préoccupée de la qualité des informations dont elle dispose. Généralement, l’anthropologue fabrique lui-même les données qu’il utilise au moyen d’entretiens avec les locuteurs qu’il rencontre. Par là même, il s’adresse directement à l’objet de ses recherches, sans utiliser le moindre biais, le moindre intermédiaire. Il enquête auprès de ceux qu’il étudie. Mais les informations ainsi récoltées résultent d’une interaction dans laquelle le chercheur joue un rôle décisif. Une question induit une réponse et si l’enquêteur ou même le moment changent, les propos tenus feront de même.
Au mystificateur cynique, Psalmanaazaar, a succédé l’honnête chercheur calomnié puis réhabilité, La Villemarqué. Avec Bladé, nous avons cherché à suivre toute la démarche de l’enquêteur, de ses collectes en langue indigène peu connue, ici, le gascon, à sa traduction et sa publication en langue nationale chez les éditeurs de la capitale. Il ne nous restait donc plus qu’à examiner des supercheries contemporaines, Castaneda, avant de montrer que certaines critiques peuvent même porter sur des domaines difficilement contestables (Freeman et Mead). Ce parcours nous conduit au carnet d’enquête, aujourd’hui objet de focalisation de toute critique des sources en anthropologie.