La pharmacie de Platon

Discours de la servitude volontaire

Étienne de La Boétie

Jeudi 1er février 1996 // COLLECTION
Les classiques de notre bibliothèque idéale

2841030415 — 92 p. (12,5x17,5) broché —12,20 € — Tirage 500 — Disponible

« Ce sont donc les peuples mesme qui se laissent ou plutost se font gourmander, puis qu’en cessant de servir ils en seroient quittes, c’est le peuple qui s’asservit, qui se coupe la gorge, qui, aiant le chois ou d’estre serf ou d’estre libre, quitte sa franchise et prend le joug ; qui consent à son mal, ou plutost le pourchasse. »
Estienne de La Boétie

« Ce jeune seigneur a du feu, de l’âme, du style. Je le tiens pour l’un des rares modèles possibles pour des sagesses à venir — puisqu’il faudra bien, quelque jour, sortir du simplisme féroce de ce siècle, et, qui sait, élire une noblesse morale nouvelle, fondée sur le dégoût de la sauvagerie des foules, en un dernier pari sur la beauté d’allure d’un homme qui, en toute circonstance, donne le prix le plus élevé aux vives exigences d’une dignité. »
Jean-Paul Michel